« Heureux les persécutés pour la justice » (Mt 5,10)

La mort du Christ est à l’origine d’une foule innombrable de croyants. Par la puissance de ce même Seigneur Jésus, et grâce à sa bonté, la mort précieuse de ses martyrs et de ses saints a fait naître une grande multitude de chrétiens. Jamais, en effet, la religion chrétienne n’a pu être anéantie par la persécution des tyrans et le meurtre injustifiable d’innocents : elle en a plutôt tiré chaque fois un grand accroissement.

Nous en avons un exemple en saint Jean, qui a baptisé le Christ et dont nous fêtons aujourd’hui le saint martyre. Par fidélité à son serment, Hérode, ce roi infidèle, a voulu effacer complètement de la mémoire des hommes le souvenir de Jean. Or, non seulement Jean n’a pas été anéanti, mais des hommes par milliers, enflammés par son exemple, ont accueilli la mort avec joie pour la justice et la vérité… Aujourd’hui quel chrétien digne de ce nom n’honore pas Jean, celui qui a baptisé le Seigneur ? Partout dans le monde les chrétiens célèbrent sa mémoire, toutes les générations le proclament bienheureux et ses vertus remplissent l’Église de leur bonne odeur. Jean n’a pas vécu pour lui seul et il n’est pas mort pour lui seul.

Lansperge le Chartreux (1489-1539), religieux, théologien
Sermon pour le martyre de Jean Baptiste, Opera omnia, t. 2, p. 514s (trad. Orval)