Chapelet en l’honneur du Précieux Sang

Chapelet en l’honneur du Précieux Sang

Chapelet en l'honneur du Précieux Sang de jesus

O Dieu, viens à monde aide,

Seigneur, viens vite à mon secours.

Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit

au Dieu qui était et qui vient, pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Introduction

 

Sang précieux versé pour moi par tant d’amour et de souffrance, Sang divin, je veux mettre en toi  mon amour et mon espérance. Mon Dieu, pour prix de vos douleurs, Prenez tout mon sang comme offrande, faites que mon cœur répande à vos pieds un fleuve de pleurs. Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

4

Premier Mystère

Jésus a versé son sang dans la circoncision

 

« Quand fut arrivé le huitième jour, celui de la circoncision, l’enfant reçut le nom de Jésus, le nom que l’ange lui avait donné avant sa conception ». (Luc 2: 21)

 

D’un Dieu vengeur et tout-puissant

Un enfant Dieu suspend le glaive:

L’offrande de son premier sang

Aux cieux comme un parfum s’élève.

Au ciel près d’un juge en courroux,

Le sang d’Abel criait vengeance,

Le sien prend la voix de l’enfance

Afin de mieux prier pour nous.

 

Huit jours après sa naissance, notre divin Rédempteur répandit pour nous les prémices de son précieux sang. Ce fut alors que pour se conformer à la loi de Moïse, il se soumit à la circoncision. Rappelez-vous, chrétien, que Jésus a voulu ainsi satisfaire à la divine justice pour tous vos dérèglements; efforcez-vous d’en éprouver une vive douleur, et promettez au Seigneur d’être désormais, avec le secours de sa puissante grâce, plus chaste de corps et d’esprit.

 

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

 

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

 

Deuxième Mystère

Jésus a sué le sang dans le jardin des Oliviers

 

« Jésus sortit et se rendit comme d’habitude au mont des Oliviers, et les disciples le suivirent. Arrivé sur place, il leur dit: « Priez pour ne pas tomber au pouvoir de la tentation. » Et lui s’éloigna d’eux à peu près à la distance d’un jet de pierre; s’étant mis à genoux, il priait, disant: « Père, si tu veux écarter de moi cette coupe… Pourtant, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui se réalise! » Alors lui apparut du ciel un ange qui le fortifiait. Pris d’angoisse, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des caillots de sang qui tombaient à terre. Quand, après cette prière, il se releva et vint vers les disciples, il les trouva endormis de tristesse. Il leur dit: « Quoi! Vous dormez! Levez-vous et priez afin de ne pas tomber au pouvoir de la tentation! ». (Luc 22-39, 46)

 

O qu’il est triste et languissant

ce Maître des cieux et du monde:

je vois son front mêler du sang

Avec la sueur qui l’inonde…

Ce sang est ton accusateur,

homme ingrat… c’est là ton ouvrage;

qu’au moins cette cruelle image

attendrisse et brise ton cœur!

 

Jésus, à la vue des ingratitudes dont les hommes allaient payer ses bienfaits, versa son sang en si grande abondance dans le jardin des olives, que la terre en fut tout arrosée. Oh! chrétien, excitez-vous donc au repentir d’avoir si mal répondu aux ineffables miséricordes du Seigneur; et formez aujourd’hui une résolution sincère de faire un bon usage des grâces célestes et des saintes inspirations.

 

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

 

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

 

Troisième Mystère

Jésus à répandu son sang dans la flagellation

 

« Pilate, voulant contenter la foule, relâcha Barabbas, puis il livra Jésus, après l’avoir fait flageller, pour qu’il soit crucifié ». (Marc 15-15)

 

Sur toi les verges les bourreaux

déchaînent un sanglant orage,

pauvre agneau!

Ta chair en lambeaux
ne saurait assouvir leur rage…

Que de sang!… Pourtant tes douleurs

ne sauraient trouver une plainte;

et la haine en nous mal éteinte

ose encore parler dans nos cœurs!…

 

Pendant sa cruelle flagellation, Jésus répandit son sang pour nous. Sa peau était déchirée, sa chair toute meurtrie, ce sang précieux coulait à flots de toutes les parties de son corps. Alors il l’offrait au Père éternel, en expiation de vos impatiences et de votre mollesse. Comment donc ne pas mettre un frein à votre colère et à votre amour propre? Ah! soyez à l’avenir plus patient dans les tribulations, apprenez à vous mépriser vous-même, et à recevoir avec humilité les outrages qu’on vous fait.

 

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

 

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse. 

 

Quatrième Mystère

Jésus a versé son sang dans le couronnement d’épines

 

Les soldats du gouverneur, emmenant Jésus dans le prétoire, rassemblèrent autour de lui toute la cohorte. Ils le dévêtirent et lui mirent un manteau écarlate; avec des épines, ils tressèrent une couronne qu’ils lui mirent sur la tête, ainsi qu’un roseau dans la main droite; s’agenouillant devant lui, ils se moquèrent de lui en disant: « Salut, roi des Juifs! » Ils crachèrent sur lui, et, prenant le roseau, ils le frappaient à la tête. Après s’être moqués de lui ils lui enlevèrent le manteau et lui remirent ses vêtements. Puis ils l’emmenèrent pour le crucifier. Matthieu 27-27, 31).

 

Epines, ô sanglant bandeau

qui d’un Dieu couronne la tête,

offert par la main d’un bourreau!

Fleurons à la poignante arête,

Humide encore du divin sang

où votre dard cruel se trempe,

venez aussi toucher ma tempe

et briser l’orgueil impuissant.

 

Le sang coula de la tête sacrée de Jésus quand il fut couronné d’épines, pour expier votre orgueil, et vos coupables pensées. Et vous continuerez encore à vous repaître d’orgueil, et à entretenir dans votre esprit des idées perverses, des images déshonnêtes? Ah! plutôt ayez toujours présent à la pensée votre néant, votre misère, votre faiblesse, et résistez avec courage aux iniques suggestions du démon.

 

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

 

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

 

Cinquième Mystère

Jésus a répandu son sang en montant au Calvaire

 

Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène qui venait de la campagne, et ils le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus. Il était suivi d’une grande multitude du peuple, entre autres de femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. Jésus se tourna vers elles et leur dit: « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants. Car voici venir des jours où l’on dira: Heureuses les femmes stériles et celles qui n’ont pas enfanté ni allaité. Alors on se mettra à dire aux montagnes: Tombez sur nous, et aux collines: Cachez-nous. (Luc 23, 26, 30)

 

Sous sa croix il marche à pas lent,

et chacun des pas qu’il doit faire

va marquer d’un sillon sanglant

les cruels sentiers du Calvaire.

Ce sang! il t’accuse à grands cris,

toi par qui le scandale arrive:

rends-moi, dit cette voix plaintive,

rends-moi les cœurs que tu m’as pris.

 

Que de sang ne répandit pas notre aimable Sauveur sur le chemin du calvaire? Succombant sous le fardeau de sa croix, il en arrosa les rues de Jérusalem, et tous les lieux par où il lui fallut passer. Voilà, chrétien, ce qu’il a souffert en satisfaction de ces scandales, et de ces mauvais exemples qui devaient entraîner tant d’âmes dans la voie de la perdition. Qui sait si vous n’êtes pas du nombre de ces malheureux? Qui sait combien d’âmes auront été précipitées dans l’enfer par suite de vos mauvais exemples? Et vous ne pensez y mettre aucun terme? Ah! du moins à l’avenir contribuez au salut de vos frères, par vos salutaires avis, par votre vie édifiante, et par l’exemple de bonnes et de saintes œuvres.

 

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

 

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

 

 

Sixième Mystère

Jésus a répandu son sang dans le crucifiement

 

Arrivés au lieu dit « le Crâne », ils l’y crucifièrent ainsi que les deux malfaiteurs, l’un à droite, et l’autre à gauche. Jésus disait: « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font. » Et, pour partager ses vêtements, ils tirèrent au sort. Le peuple restait là à regarder; les chefs, eux, ricanaient; ils disaient: « Il en a sauvé d’autres. Qu’il se sauve lui-même s’il est le Messie de Dieu, l’Elu! » Les soldats aussi se moquèrent de lui: s’approchant pour lui présenter du vinaigre, ils dirent:  « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même. » Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui: « C’est le roi des Juifs. » L’un des malfaiteurs crucifiés l’insultait: « N’es-tu pas le Messie? Sauve-toi toi-même et nous aussi! » Mais l’autre le reprit en disant: « Tu n’as même pas la crainte de Dieu, toi qui subis la même peine! Pour nous, c’est juste: nous recevons ce que nos actes ont mérité; mais lui n’a rien fait de mal. » Et il disait: « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras comme roi. »Jésus lui répondit: « En vérité, je te le dis, aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23-33, 43)

 

De son Dieu la terre est en deuil,

Et la mort loin d’être assouvie

ose encore dans son orgueil

au combat défier la vie.

Mais le sang fécond de l’Agneau

saura bien lui ravir sa proie;

elle est debout, et dans sa joie,

brise les pierres du tombeau!

 

Ce fut surtout pendant son crucifiement, que Jésus répandit en abondance son sang précieux. Déjà ses veines étaient brisées, déjà ses artères étaient rompues, déjà ce baume salutaire de vie éternelle jaillissait comme un torrent de son divin corps, pour effacer les crimes et les iniquités du monde. Qui voudra désormais continuer à pécher, et à renouveler ainsi la douloureuse passion du Fils de Dieu? O pleurez amèrement toutes vos fautes, venez les détester aux pieds du ministre sacré, commencez à présent même à vivre en chrétien, en vous rappelant que voire salut a coûté à Jésus tout son sang.

 

Cinq Notre Père et un Gloire au Père.

 

Doux Jésus, ma seule tendresse, Ton sang verse en mon cœur une divine ivresse.

 

Septième Mystère

Jésus a versé du sang et de l’eau dans la blessure de la lance

 

Près de la croix de Jésus se tenaient debout sa mère, la soeur de sa mère, Marie, femme de Clopas et Marie de Magdala. Voyant ainsi sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère: « Femme, voici ton fils. » Il dit ensuite au disciple: « Voici ta mère. » Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui. Après quoi, sachant que dès lors tout était achevé, pour que l’Ecriture soit accomplie jusqu’au bout, Jésus dit: « J’ai soif »; il y avait là une cruche remplie de vinaigre, on fixa une éponge imbibée de ce vinaigre au bout d’une branche d’hysope et on l’approcha de sa bouche. Dès qu’il eut pris le vinaigre, Jésus dit: « Tout est achevé » et, inclinant la tête, il remit l’esprit. Cependant, comme c’était le jour de la Préparation, les Juifs, de crainte que les corps ne restent en croix durant le sabbat-ce sabbat était un jour particulièrement solennel, demandèrent à Pilate de leur faire briser les jambes et de les faire enlever. Les soldats vinrent donc, ils brisèrent les jambes du premier, puis du second de ceux qui avaient été crucifiés avec lui. Arrivés à Jésus, ils constatèrent qu’il était déjà mort et ils ne lui brisèrent pas les jambes. Mais un des soldats, d’un coup de lance, le frappa au côté, et aussitôt il en sortit du sang et de l’eau. Celui qui a vu a rendu témoignage, et son témoignage est conforme à la vérité, et d’ailleurs celui-là sait qu’il dit ce qui est vrai afin que vous aussi vous croyiez. En effet, tout cela est arrivé pour que s’accomplisse l’Ecriture: Pas un de ses os ne sera brisé; il y a aussi un autre passage de l’Ecriture qui dit: Ils verront celui qu’ils ont transpercé.
(Jean 19: 25, 37)

 

Mère d’amour et de bonté,

par ce pur sang qu’un fer de lance

a fait jaillir du saint côté d’un Dieu

qui vous doit la naissance,

lancez vers moi des dards de feu,

des étincelles dont la flamme

réveillent enfin dans mon âme

l’amour que je dois à mon Dieu!

 

Après la mort de Jésus son sang coula encore. Son côté fut entr’ouvert par la lance, et son cœur en fut percé. Il en sortit aussitôt du sang et de l’eau, pour nous montrer que Jésus avait répandu jusqu’à la dernière goutte de son divin sang pour notre rédemption. O bonté infinie de mon Sauveur! qui pourra ne pas vous aimer? Quel cœur ne se sentira pas embrasé d’amour pour vous, après que vous avez tant fait pour nous racheter ? Mais puisque les expressions me manquent, j’invite tous les anges et tous les saints du paradis, j’invite Marie notre Mère à bénir, à louer, à glorifier votre précieux sang. Oui, vive le sang de Jésus, maintenant, toujours, et dans tous les siècles des siècles! Ainsi soit-il.

 

Trois Notre Père et un Gloire au Père

 

(Pour indiquer les trois heures que Jésus a passées sur la croix, et pour achever les trente-trois Pater en mémoire des trente-trois années de sa vie terrestre.)

 

Vous nous avez rachetés, Seigneur par votre Sang,

Et vous avez fait de nous le royaume de Dieu.

 

Prions

 

Dieu éternel et tout-puissant qui avez constitué votre fils unique, Rédempteur du monde, et avez voulu être apaisé par son sang, faîtes, nous vous en prions, que, vénérant le prix de notre salut et étant par lui protégés sur la terre contre les maux de cette vie, nous recueillions la récompense éternelle dans le Ciel. Par le même Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi-soit-il.

 

Prière Finale

 

O sang précieux, source d’éternelle vie, prix et rançon de tout l’univers, qui désaltérez et purifiez nos âmes, qui plaidez incessamment la cause des hommes auprès du trône de la suprême miséricorde; je vous adore profondément; je voudrais, autant que cela dépend de moi, réparer les injures et les outrages que vous recevez des hommes, et surtout de ceux qui ont l’audace de vous blasphémer.

Qui pourrait ne pas bénir ce sang dont la valeur est infinie? Qui ne se sentira pas enflamme d’amour pour Jésus qui l’a versé? Que deviendrais-je si je n’avais pas été racheté par ce sang divin?

Qu’est-ce qui l’a fait couler jusqu’à la dernière goutte des veines de mon Sauveur? N’est-ce pas l’amour? O amour immense qui nous a donné ce baume salutaire! O baume inestimable, jailli de la source d’un amour infini, faites que tous les cœurs, que toutes les langues puissent vous adorer, vous louer et vous rendre grâces, maintenant et pendant toute l’éternité. Ainsi soit-il.