L’ANNONCIATION DU SEIGNEUR

L’ANNONCIATION DU SEIGNEUR

L'ANNONCIATION DU SEIGNEUR

Solennité

 

L’Annonciation de la Sainte Vierge et l’Incarnation de Jésus-Christ, base de notre sainte religion, ne forment, pour ainsi dire, qu’un seul et inséparable mystère. Depuis plus de quatre mille ans, la terre attendait le Sauveur promis ; l’heure de la délivrance a sonné enfin : voici le Rédempteur ! Une scène d’une grandeur toute mystérieuse se passe dans les splendeurs du Ciel ; la sainte et adorable Trinité tient conseil.

 

Pour réparer l’injure infinie faite à la Divinité par le péché, il faut une réparation infinie et par conséquent divine : le Fils de Dieu descendra de son trône éternel, Il prendra une chair humaine et sera tout ensemble Dieu et homme.

 

Le message céleste est confié à l’Archange Gabriel. Où trouvera-t-il celle qui, d’après les plans divins, doit donner naissance au Sauveur du monde ? Sera-ce dans un grand empire ? Non, mais dans la petite province de Galilée, perdue au milieu de l’immense empire romain. Ne convient-il du moins de prendre sur un trône celle qui doit devenir la Mère de son Dieu ? Non : il y a dans la petite ville de Nazareth une humble et pauvre maison où habite une jeune vierge inconnue ; son nom est Marie ; elle est promise en mariage à un ouvrier, Joseph, homme juste.

 

En ce moment, elle prie à genoux, et soupire peut-être après la venue du Messie promis. L’Ange soudain paraît devant elle : « Je te salue, pleine de grâce, dit-il, le Seigneur est avec toi, tu es bénie entre toutes les femmes ! »

 

Marie se trouble, à ces étonnantes paroles. L’ange ranime aussitôt la confiance de la timide vierge : « Ne crains rien, Marie, ajoute-t-il, tu as trouvé grâce devant Dieu ; tu concevras et tu enfanteras un Fils, à qui tu donneras le nom de Jésus ; Il sera grand, et on l’appellera le Fils du Très-Haut, et son règne n’aura pas de fin. »

 

Quelle promesse, quel honneur et quel bonheur ! Mais comment s’opérera cette merveille en celle qui a voué à Dieu sa virginité ? La réponse est facile à l’envoyé du Ciel :

« L’Esprit-Saint descendra en toi, et la vertu du Très-Haut te couvrira de Son ombre. » Marie n’a plus qu’à prononcer le Fiat qui va faire tressaillir la terre d’espérance : « Voici la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole. »

 

À cet instant béni, le mystère s’accomplit, le Verbe se fait chair, et Marie pourra entonner bientôt le cantique de la reconnaissance : « Mon âme glorifie le Seigneur, et mon cœur exulte en Dieu mon Sauveur ! À cause des grandes choses que Dieu a opérées en moi, toutes les nations m’appelleront bienheureuse ! »

 

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l’année, Tours, Mame, 1950.

Publié dans Non classé

Le mardi saint

Le mardi saint

Le mardi saint

Quand vient l’heure du Mardi Saint

Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs…
Le Seigneur a fait de ma bouche une épée tranchante,
il m’a protégé par l’ombre de sa main…
Il m’a dit : Tu es mon serviteur, en toi je me glorifierai
.

        Depuis des siècles déjà, l’Écriture annonçait la venue mystérieuse de ce Serviteur, à la fois souffrant et rédempteur. Malgré son sentiment de s’être fatigué pour rien, et d’avoir en pure perte usé ses forces, le Seigneur maintenait une immense promesse : Je vais faire de toi la lumière des nations pour que mon salut parvienne jusqu’aux confins de la terre. Et les siècles passaient sans que le peuple de Dieu puisse voir se lever l’aube de ce salut tant attendu.
Mais un jour Jésus est enfin apparu. Je suis la lumière du monde ; qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie (Jean 8,12) on sait qu’alors, pour tout une part, les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière parce que leurs œuvres étaient mauvaises. (…)
Nous voilà donc au cœur de ce grand combat entre les ténèbres et la lumière qui veut nous révéler un prodigieux mystère : le Mystère de notre salut (Colossiens 1, 24-27) ! Nous voilà enfin arrivés à l’heure tant attendue.

Voici donc Jésus seul sur une route où nul n’est capable de le suivre. Pour marquer cette solitude absolue du creux de laquelle jaillira la suprême communion, cette noire solitude en face de l’incompréhension et de l’hostilité, deux figures se dressent au seuil de la nuit. Celle de deux apôtres dont il a voulu faire des amis et qui vont devenir tous deux, l’un Judas, un traître et l’autre, Simon-Pierre, un renégat. Tel est, dans son réalisme abrupt, la dure réalité de ce que le Christ est venu souffrir non seulement pour nous, mais encore par nous. Trahi par l’un, renié par l’autre, abandonné de tous, Jésus s’enfonce aujourd’hui dans la nuit la plus noire et la plus longue de notre propre histoire.
Voici venue l’heure – et elle est venue – où vous serez dispersés, chacun de son côté, et me laisserez seuls
 (Jean 13, 32). Mais cette heure le Christ l’a voulue. Il l’a choisie. Il l’a préparée. Et il proclame même que c’est celle de sa glorification. (…) Que nous reste-t-il à faire en ce Mardi Saint, nous qui sommes un peu, à nos heures, renégats comme Pierre ou traîtres comme Judas ? Il nous reste à contempler la route où Jésus s’enfonce tout seul vers cet endroit où nous ne pouvons pas aller, tant est profond l’abîme de sa kénose (anéantissement) où nul d’entre nous n’est à même de l’accompagner.
Il nous reste à contempler cette route avec la certitude que ce Jésus qui s’en va, ce soir, vers la croix, c’est aussi le Christ vainqueur de la mort qui en reviendra afin de nous prendre un jour tout entiers, avec lui, dans son Royaume, sachant bien que Celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera nous aussi avec Jésus et nous placera près de lui avec vous (2 Corinthiens 5, 14).
Ne soyons pas plus présomptueux que Simon-Pierre ou plus désespérés que Judas. La nuit va nous envelopper à nouveau tout à l’heure. Nous ferons glisser une fois encore nos pas dans le dédale des trottoirs et des rues. Nous nous retrouverons dans la solitude de nos appartements ; et le grand silence du soir viendra envelopper nos âmes. Mais nous savons que nous ne sommes plus seuls. Jésus Christ a lavé nos reniements et racheté nos trahisons. Nos pires solitudes sont habitées par la présence de son amour. Comment donc ne pas espérer, au soir de ce Mardi Saint où nous avons vu le Fils du Dieu vivant partir mourir d’amour pour nous, afin que notre mort ne soit plus qu’une pâque vers lui !

Sources Vives n° 91

Publié dans Non classé

« Esprit mauvais, sors de cet homme ! »

« Esprit mauvais, sors de cet homme ! »

Le fait de la puissance du mal dans le cœur humain et dans l’histoire de l’humanité est indéniable. La question demeure : comment expliquer ce mal ? … La foi nous dit : il existe deux mystères de lumière et un mystère de nuit, lequel pourtant est enveloppé par les mystères de lumière. Le premier mystère de lumière est celui-ci : la foi nous dit qu’il n’y a pas deux principes, un bon et un mauvais, mais un seul principe, le Dieu créateur, et ce principe est bon, seulement bon, sans ombre de mal. C’est pourquoi l’être non plus n’est pas un mélange de bien et de mal : l’être comme tel est bon, et donc il est bon d’être, il est bon de vivre. Telle est l’heureuse annonce de la foi : il n’y a qu’une source, bonne, le Créateur…

Puis vient un mystère d’obscurité, de nuit. Le mal ne vient pas de la source de l’être lui-même, il n’est pas également originel. Le mal vient d’une liberté créée, d’une liberté mal utilisée. Comment cela a-t-il été possible ? Comment cela s’est-il produit ? Les choses restent obscures. Le mal n’est pas logique. Seuls Dieu et le bien sont logiques, sont lumière. Le mal reste mystérieux… Nous pouvons deviner, mais non pas expliquer ; on ne peut le raconter comme un fait qui en suit un autre, parce qu’il s’agit d’une réalité plus profonde. Demeure un mystère d’obscurité, de nuit.

Mais s’y ajoute tout de suite un mystère de lumière. Le mal vient d’une source subordonnée. Dieu est plus fort avec sa lumière. C’est pourquoi le mal peut-être surmonté. Donc, la créature, l’homme, peut être guéri… Si bien que finalement, en dernier lieu, nous voyons que l’homme non seulement peut-être guéri, mais que, effectivement, il est guéri. Dieu a introduit la guérison. Il est entré en personne dans l’histoire. A la source permanente du mal il a opposé la source du bien pur. Le Christ crucifié et ressuscité, nouvel Adam, oppose au fleuve pollué du mal un fleuve de lumière. Et ce fleuve est présent dans l’histoire : regardons les saints, les grands saints mais aussi les humbles saints, les simples fidèles, et nous voyons que le fleuve de lumière qui vient du Christ est présent, qu’il est puissant.

Benoît XVI, pape de 2005 à 2013
Audience générale du 03/12/08 (trad. DC n° 2416, p. 61 © copyright Libreria Editrice Vaticana)

Publié dans Non classé

Vos cadeaux religieux de Noël…

Vos cadeaux religieux de Noël… c’est ici !

cadeaux-religieux de-noel-

 

 

 

 

 

La boutique des chrétiens vous propose plus de 3500 articles et cadeaux religieux. Découvrez notre collection exclusive de chapelets, icônes religieuses byzantines, bracelets de saints, bougies de neuvaine, encens d’église, médailles de saints et de saintes en argent et plaqué or, croix et crucifix. Sélectionnez votre cadeau de communion, statue religieuse ou une médaille miraculeuse de la rue du Bac … Livraison rapide et sécurisée, bonne visite à tous !

cliquez ici: www.la-boutique-des-chretiens.com

pub-noel

Publié dans Non classé

Bougies de Cimetière

Bougies de Cimetière

6-bougies-dexterieur---6-bougies-de-cimetiere_6776_2

Notre boutique vous propose sa sélection de bougies de Cimetière. Achetez en ligne une bougie pour cimetière blanche ou avec image, une veilleuse de Cimetière de Sainte ou Saint Patrons, bougie d’extérieur à l’Esprit Saint, Sainte Trinité, Bougie Marie qui défait les Noeuds. La Boutique des Chrétiens : vente de bougie de Cimetière et d’extérieur au meilleur prix !

Découvrez notre catalogue en ligne : cliquez ICI

promotions-toussaint

 

 

 

 

Publié dans Non classé

Béthabara

Béthabara, famille d’église fondée en 2004

logo-Béthabara

Mot du fondateur : Père Marie-Angel Carré :

Bethabara est un courant de grâce pour le passage de l’adolescence, il est donc fait pour toi si tu as entre 12 et 16 ans! C’est aussi une école de disciple  où les jeunes prennent la parole pour exhorter et enseigner d’autres jeunes, car Jésus a commandé  » faites des disciples »! Il est une communion spirituelle dans un monde pris par l’esprit de vertige et de solitude. Il est instrument de l’Esprit-Saint car pleinement d’Eglise, en effet Bethabara est une œuvre accompagnée par Monseigneur Dominique Rey, évêque de Fréjus Toulon.

Il est temps que tu vienne goûter Dieu!

http://bethabarafrance.com/

Publié dans Non classé